C’EST PARTI POUR LA 3ème EDITION DU MOIS CAMEROUNAIS DE LUTTE CONTRE LE SIDA !
Le Ministre de la Santé Publique, André MAMA FOUDA a présidé ce 08 novembre 2018, la cérémonie de lancement officiel du Mois Camerounais au Lycée Technique de Kano, Bertoua Région de l’Est, couplée à la tenue du Comité Directeur du projet Jeune S3, un programme de lutte contre le Sida en direction des jeunes.
11/10/2018 - 13:46
Share

La présence remarquable de nombreux invités au premier rang desquels le Gouverneur de la Région de l’Est, Mme Claire MULANGA, Directrice Pays de l’ONUSIDA, le Représentant de l’OMS, de l’UNICEF et nombreux autres acteurs de la lutte contre le Sida au Cameroun et de nombreux jeunes des lycées, des collèges et des structures d’encadrement des jeunes de la ville de Bertoua a permis au Ministre de la Santé Publique, Président du Comité national de Lutte contre le Sida de dérouler le slogan du Mois Camerounais 2018 contre le Sida à savoir,  « protégeons la jeune fille ».

Dans son discours de circonstance, André MAMA FOUDA a rappelé que ce slogan est un appel urgent à l’action. En effet, 40000 nouvelles infections ont été enregistrées au Cameroun en 2017 selon les résultats de l’enquête auprès des ménages pour l’évaluation de l’impact du VIH au Cameroun (CAMPHIA). Parmi ces nouvelles infections, se trouve malheureusement de nombreuses jeunes filles dans la tranche de 15 à 24 ans. Au sein de cette tranche d’âge, l’incidence est plus élevée chez les jeunes filles que les jeunes garçons. Une fois de plus, la féminisation de l’épidémie, déjà reconnue, a été prouvée. La réponse aux besoins diversifiés des jeunes en matière de lutte contre le VIH et le Sida a conduit à la création d’une multitude d’approches d’interventions adaptées en fonction des ressources disponibles, du milieu et des besoins particuliers de la cible. Mais, malheureusement, les résultats concrets et palpables ne suivent pas toujours.

Le mois camerounais offre donc une occasion idoine pour réfléchir sur la problématique de la vulnérabilité de la jeune fille. Il s’agit pour le Ministère de la Santé Publique à travers le Comité National de Lutte contre le Sida, organe de coordination de la lutte, d’inviter l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le Sida et les départements en charge de l’encadrement des jeunes, de conjuguer leurs efforts pour trouver des stratégies novatrices pouvant permettre d’infléchir la courbe.

André MAMA FOUDA a à l’occasion invité les jeunes filles à « prendre en main, leur destin en repoussant le plus loin possible les premiers rapports sexuels, à tourner le dos à la vie facile caractérisée par la recherche des « sponsors », à éviter les fréquentations inutiles, à éviter la consommation des boissons alcoolisées et des drogues, à utiliser systématiquement le préservatif en cas de rapport sexuel, à être fidèles à un partenaire avec lequel vous avez préalablement fait un test de dépistage » va-t-il souligné.  Il a également demandé aux hommes de cesser de considérer les jeunes filles comme « des objets sexuels à la recherche des sensations fortes toutes particulières ».  

En encourageant les jeunes filles à avoir des comportements sexuels responsables le Ministre de la Santé Publique les a également invité à se faire dépister, car dira-t-il, « en adoptant une hygiène de vie appropriée, les personnes dépistées positives à un stade précoce ont une espérance de vie plus longue. Démarré tôt, le traitement pourra restaurer le taux de CD4 et la personne a une espérance de vie équivalente à celle de la population générale. Par contre, le diagnostic tardif ne met pas seulement en danger la personne elle-même, mais, met aussi les autres personnes. D’où l’origine de la plus part des nouvelles infections »

André MAMA FOUDA a adressé ses encouragements au  Directeur Exécutif de l’Association Camerounaise pour le Marketing Social (ACMS) pour les résultats atteints à travers le projet Jeune S3. Il a à l’occasion exhorté les départements ministériels ayant en charge l’encadrement des jeunes et les acteurs de la lutte contre la maladie engagés aux côtés du Gouvernement à conjuguer leurs efforts pour inverser la tendance de la hausse des nouvelles infections à VIH auprès de la jeune fille. « Nous devons améliorer nos stratégies afin de les rendre plus efficaces et réalistes », va-t-il souligné.

Share
Dr ELAT NFETAM Jean Bosco
Secrétaire Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida

Fallait-il créer un site pour le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) ? C'est la

Galerie Photos

NEWS LETTER

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

SONDAGE